La légende de la galette des rois CM1 (conte)


Catéchèse : Evangélisation des petits - L'EpiphanieQui ne connaît l’histoire des rois mages qui, gui­dés par une étoile, se ren­dirent à Beth­léem rendre hom­mage à l’Enfant Jésus ?

Le pre­mier s’appelait Gas­pard. Il avait le teint clair des Euro­péens, et appor­tait de l’or. Le second, Mel­chior, avait la peau brune des gens de Pales­tine et d’Arabie. Celui-​là était por­teur d’encens. Le troi­sième, Bal­tha­zar, était cou­leur de nuit sans lune et ses dents brillaient comme brillent les dents des Afri­cains. Ce der­nier offrit à l’enfant Jésus de la myrrhe.

On sait moins ce qui leur advint sur le che­min du retour.

* * *

Ils étaient savants en beau­coup de choses, certes, mais cela n’empêcha point qu’ils se per­dirent bel et bien, n’ayant plus le secours de l’étoile pour les aider. Après avoir erré plu­sieurs jours dans le désert, à bout de nour­ri­ture et sans eau, ils aper­çurent enfin une misé­rable cahute devant laquelle se tenaient un couple et deux enfants.

Les joues déchar­nées, les yeux brillants de faim, ils firent pour­tant bon accueil aux mages, les invi­tèrent à entrer, et leur offrirent un peu du peu qu’ils avaient : de l’eau pour se rafraîchir.

— C’est que nous avons faim aussi, dit Mel­chior. Un peu de pain, même ras­sis, ferait l’affaire.

— Hélas, sou­pira la femme, nous n’avons plus qu’un peu de farine, de lait, d’huile d’olive, une noi­sette de beurre ; juste de quoi faire une galette que nous par­ta­ge­rons entre les enfants. Ensuite, il ne nous res­tera plus qu’à nous jeter dans le puits ou à mou­rir de faim.

Les mages se regardèrent.

— Faites la galette ma brave femme, dit Gaspard.

La femme obéit. La galette était tout juste suf­fi­sante pour une personne.

Gas­pard, qui avait le teint clair des Euro­péens, plia la pâte en deux, et la galette dou­bla en volume. Mel­chior, le mage à la peau brune des gens de Pales­tine et d’Arabie, plia de nou­veau la pâte en deux, et il y en eu pour quatre. Bal­tha­zar, le roi Noir cou­leur de nuit sans lune, plia encore la pâte en deux, et il y en eut pour huit.

Le couple remer­cia cha­leu­reu­se­ment les mages. La femme étala la pâte et mit la galette à cuire. Elle était dorée à point.

L’homme se gratta la tête, le cou­teau à la main :

— C’est que cette galette est une galette pour huit, et nous sommes sept. Le par­tage sera difficile.

— La hui­tième part est celle du men­diant, dit Balthazar.

— Quel men­diant, dit homme ?

— Celui qui vient et que vous ne voyez pas encore.

À ce moment-​là le plus jeune des enfants, un gar­çon, recra­cha quelque chose. C’était une bague que Mel­chior avait glis­sée – volon­tai­re­ment ou non, l’histoire ne le dit pas – dans la pâte.

L’enfant vou­lut rendre le bijou. Le mage sou­rit, ôta la cou­ronne de sa tête et en coiffa l’enfant.

— Tout enfant est roi, dit-​il. Tel est le mes­sage que déli­vrera un autre Enfant, né il y a peu non loin d’ici. Pour com­mé­mo­rer ce jour, je veux que chaque année on fasse une galette, qu’on n’oublie pas la part du pauvre, qu’on y glisse une fève pour dési­gner un roi ou une reine, ne serait-​ce que pour une journée.

Les pauvres gens pro­mirent de res­pec­ter la volonté des mages.

* * *

C’est ainsi que naquit la tra­di­tion de la galette des rois, qu’elle se répan­dit, et qu’on se la trans­mit jusqu’à nos jours.

Jean-​Claude Renou

Source : Conte pour tous

Publicités

A propos Brune

Mère-enseignante de 8 enfants. Site: grandirpresduchataignier
Cet article a été publié dans CM1, CM1, Divers, Français, IEF, Instruction formelle. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour La légende de la galette des rois CM1 (conte)

  1. Sylvie dit :

    Magnifique ! Je le fais lire à mon plus jeune même s’il n’est plus en cm1 😉

    • Brune dit :

      J’ai mis un niveau mais comme toi, je pense qu’il peut être étudié à un niveau plus avancé avec un regard plus aigu 😉

      • Sylvie dit :

        Mon fils est en 5e et je le trouve tout à fait utilisable. D’ailleurs, le vocabulaire utilisé est suffisant riche pour avoir plusieurs minutes de travail 🙂

        Je vais utiliser des extraits en dictée, un exercice d’analyse, un autre de transposition, etc. je vais trouver suffisamment de choses pour remplir une bonne heure même pour mon fils de 5e!

        Merci.

      • Brune dit :

        Bonnes idées pour exploiter le texte 🙂

  2. Très beau! Merci pour ce partage. Nous l’avons lu en famille avec beaucoup de plaisir.

  3. Jeannine Rigaud dit :

    Merci pour ce magnifique conte pour petits et grands , en lecture offerte….avec d énormes possibilités d exploitation .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s