6e: Poème printanier


6e

DSC09431Ce petit poème tombe à point nommé. Dans cette année consacré à la littérature antique, il est émouvant de penser que ce poème remonte au VIe siècle avant J.C.  Je l’ai trouvé dans le manuel ancien « Au jardin des lettres » de Demidoff (un petit bijou de livre!). Je vous mets l’introduction que l’on trouve dans le manuel de 1962 car je trouve qu’elle situe bien le poème et l’émotion qui naît devant ce temps qui nous sépare et qui nous  fait assez proches de ce qu’étaient ces enfants…

En France, pour Pâques, on fait encore dans certaines régions ce qu’on appelle la quête des œufs: le samedi saint, à l’entrée de la nuit, des groupes de jeunes paysans vont faire la quête, en chantant à la porte des maisons une sorte de pot-pourri sur des airs simples et gais.

Afficher l'image d'origineMais l’usage de demander l’aumône en chantant, à certaines fêtes de l’année, est très ancien. La chanson que nous citons ici est une chanson grecque anonyme qui doit dater du VIe siècle avant Jésus-Christ. Elle se chantait dans l’île de Rhodes. Au nom de la messagère ailée du printemps, les enfants réclament gâteaux, vins, fromages. ( A noter aujourd’hui, la chasse aux œufs que l’on pratique encore dans les jardins, et l’aumône peut se retrouver dans la fête Halloween quand les enfants frappent aux portes pour recevoir des bonbons « trick or treat »).

Hirondelle, hirondelle,

Tu amènes le printemps,

La saison jolie à voir,

Hirondelle au ventre blanc,

Hirondelle au dos tout noir!

Chez vous autres, tout est plein

Donnez-nous de bons gâteaux,

Quelque verre de bon vin,

 Des fromages dans leurs pots.

L’hirondelle aime tout ça:

La galette et le tourteau,

ça ne la dégoûte pas.

On emporte et on s’en va,

Si tu en donnes ce qu’il faut.

Mais si tu ne donnes pas,

On ne s’en va pas de là,

Et l’escalier, on l’emporte,

Et on l’emporte la porte,

On emporte la patronne

C’est facile, ell’ n’est pas forte.

Mais si tu fais un cadeau,

Au moins, que ce soit un gros.

Un! deux! trois! ouvrez la porte,

Ouvrez la porte à l’oiseau.

On n’est pas des vieilles gens,

On est des petits enfants.

                                                   Chanson grecque anonyme

Publicités

A propos Brune

Mère-enseignante de 8 enfants. Site: grandirpresduchataignier
Cet article a été publié dans 6e, accueil, école-maison, Divers, Français, IEF. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 6e: Poème printanier

  1. victoire dit :

    Oh, un petit chaperon bleu! Quelle beauté d’enfant…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s