4e: poème du printemps


DSC04491La quatrième est consacrée essentiellement à la littérature du dix-neuvième siècle. Le poète Emile Verhaeren (1855-1916) s’insère bien dans cette  suite d’études. Ce poème emprunte plusieurs images fortes qui nous font ressentir le départ de la saison froide et l’arrivée du printemps. Il est écrit en vers libres.  Nous y repérons plusieurs métaphores que nous pouvons exploiter avec un élève de cet âge.

 

 

 

L’heure d’éveil

C’est mars!

Un lent soleil convalescent,

là-haut, se penche à la fenêtre

et sur terre pénètre.

C’est Mars!

Le vieil hiver s’enfuit au Nord;

comme un oiseau qui secouerait ses plumes,

l’aube neuve laisse tomber les brumes.

C’est Mars!

L’âpre midi s’est attiédi;

le ciel étend sur les clairières

les tabliers de sa lumière.

C’est Mars!

Le crépuscule incline aux longs miroirs

des lacs pensifs ses bras qui glissent

et s’enfoncent sous les eaux lisses.

C’est Mars!

Et le printemps, voici qu’il s’apprivoise

avec les premiers chants d’oiseaux

et qu’aux étangs couleur d’ardoise

les humbles gens de la paroisse,

pour préparer leur chaume et border leurs closeaux,*

coupent les long et blancs roseaux.

Emile Verhaeren

 

*petits clos.

Publicités

A propos Brune

Mère-enseignante de 8 enfants. Site: grandirpresduchataignier
Cet article a été publié dans accueil, école-maison, Divers, français 4e, IEF. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s