Dictée collège: promenade avec Jules Renard


DSC03429Nous effectuons chaque semaine, avec mes filles du collège, une dictée que nous travaillons toute la semaine afin de revoir les diverses facettes de l’étude de la langue. Sur le papier, cela semble long, mais dans les faits, le travail réparti chaque jour rend la tâche moins fastidieuse. On m’a demandé de présenter un exemple de travail sur la dictée effectuée dans notre classe maison. Habituellement, ce travail est tiré d’un canevas préétabli et chaque jour, à partir de la dictée choisie pour la semaine, je donne oralement les consignes à mes filles. J’ai donc « fait un effort » en couchant par écrit   notre travail de dictée cette semaine!

J’essaie toujours de choisir une dictée de circonstance ou de saison. J’aime beaucoup cette dictée de Jules Renard qui décrit une scène hivernale telle que mes enfants peuvent l’observer dans notre patelin. En la sélectionnant, je me suis remémorée tout le décor qui s’offre à nos yeux chaque jour en décembre et janvier. Je suis retournée me promener avec les enfants munie de la dictée (!) et fait observer les images descriptives de la phrase (que j’ai photographiées).DSC03432 La description prend ainsi tout son sens puisque nous l’observons si souvent! Cela me renvoie aux textes du 19e siècle des courants littéraires dans lesquels la nature est souvent décrite. Le lecteur moderne n’aime pas les descriptions, il réclame l’action. Jeune lectrice, je n’échappais pas à cette tendance, sautant allègrement parfois des passages descriptifs trop longs – je pense au Père Goriot! Pourtant, aujourd’hui, je m’interroge. Est-ce dû au fait que nous habitons moins l’espace, mais plutôt le temps que nous apprécions si peu ces passages? Nous nous activons beaucoup et essayons de faire tant de choses en vingt-quatre heures… Nous nous déplaçons rapidement en transport: l’espace nous l’observons au fond si peu alors que nous remplissons largement le temps! Mais cet espace est notre environnement et celui-ci est en danger… Pour prendre soin de notre environnement, devrions-nous plus l’habiter, mieux le connaître?

La campagne en hiver

DSC03410J’avais quitté une campagne touffue; je l’ai retrouvée dégarnie, mais plus verte qu’en octobre, parce que les blés sortent de terre. L’herbe si longtemps grillée s’est rafraîchie d’une herbe neuve et courte que les bœufs ne peuvent saisir de leurs grosses lèvres. / La haie impénétrable est devenue transparente et le merle noir ne s’y cache pas sans peine. Le peuplier porte à sa pointe un vieux nid de pie hérissé en tête de loup, comme s’il voulait balayer les nuages, plus fins que des toiles d’araignées, qui pendent au ciel… / Toutes les pommes aigres sont cueillies, toutes les noisettes sont cassées. La mûre a disparu des ronces agressives.  / Les prunelles flétries achèvent de s’égrainer, et comme la gelée a passé dessus, celui qui les aime les trouve délicieuses. mais le rouge fruit du rosier se défend et mourra le dernier. A l’entrée du village, je m’étonne qu’il soit si petit…

Jules Renard

CAfficher l'image d'originehaque jour mes collégiennes écrivent une partie de la dictée (délimitée par les barres obliques). On utilise les feutres fins pour souligner la nature des mots selon notre  code des couleurs. Je donne un ou deux mots d’analyse grammaticale chaque jour (les mots en gras). Je fais également réécrire les phrases en changeant le nombre, le temps, le genre afin que certains accords ou conjugaisons soient ainsi mis en évidence.

 Travail de grammaire

jour 1: Mettre les phrases étudiées au futur simple. Trouver deux synonymes de « touffue ». Analyse de mots: Trouver un adjectif qualificatif au comparatif de supériorité (plus verte: adjectif qualificatif comparatif supériorité, féminin-singulier, attribut de l’). Analyser le mot « lèvres » (nom commun, féminin-pluriel, complément de moyen du verbe saisir).

jour 2: Mettre les phrases du jour au pluriel. Trouver deux antonymes de « transparent ».  Analyser: « impénétrable » (adjectif qualificatif, féminin-singulier, épithète du nom haie): Trouver le radical de ce mot, en indiquer le préfixe et le suffixe. Que veut dire le préfixe « im »? Que signifie le suffixe « able »? Trouver trois autres adjectifs composés des mêmes préfixes et suffixes (insupportable, indésirable, intolérable…etc…)

DSC03422jour 3: Remplacer « pommes » par « fruits » et « noisettes » par « glands », « mûre » par « cynorhodon »(expliquer oralement) et « ronces » par « fourrés » et réécrire la phrase au masculin. Trouver un adjectif indéfini. Donner son genre et son nombre, ainsi que sa fonction. (Toutes, féminin, pluriel se rapporte au nom « pommes »). Analyser « sont cassées » . Conjuguer « être cassé » à toutes les personnes . Donner le temps de ce verbe dans la dictée.

Jour 4: Trouver deux homonymes de « mûre ». Travail d’analyse logique:  Trouver une préposition commençant par « comme » (et comme la gelée a passé dessus). Quelle est la nature de « comme »? (conjonction de subordination qui introduit une proposition complément de cause de « trouve »). On appelle ce type de proposition « causale » ou « explicative »: celui qui les aime les trouve délicieuses car la gelée a passé dessus  et a brûlé les fruits ( leur enlevant leur amertume).   Phrase à analyser (pas facile! Mais on est au collège…):

DSC03415« Les prunelles flétries achèvent de s’égrainer, et comme la gelée a passé dessus, celui qui les aime les trouve délicieuses. » (4 propositions, on commence par souligner les verbes conjugués en rouge, ainsi quatre verbes conjugués: quatre propositions)

  1. Les prunelles flétries achèvent de s’égrainer (proposition indépendante)
  2. et… celui … les trouve délicieuses (principale coordonnée) (dans ma tête je remplace « celui » par « Paul »: et Paul trouve les prunelles délicieuses -ce qui en fait une proposition principale ; « et » la rend coordonnée).
  3.  qui les aime …. ( subordonnée relative complément de celui)
  4.  comme la gelée a passé dessus. (subordonnée conjonctive, explicative  ou causale, complément de trouve)

Jour 5: La dictée entière.

Remarques pour aider à retenir:

j-1: Qu’ai-je retrouvée? (la campagne donc « e » à la fin)

Un seul f à « rafraîchie » et un accent circonflexe sur le « i ». Qu’est-ce qui est rafraîchie?(l’herbe)

j-2: »Hérissé » de la famille de « hérisson »: donc un « h », mais un seul « r ».

j-3: « a disparu » : ce participe passé  (tout comme le verbe « passer » ou « dire ») est toujours invariable avec l’auxiliaire avoir.

j-4:« S’égrainer » penser au mot « grain », « graine » de la même famille.

Explication de mots ou expressions:

Afficher l'image d'origine« tête de loup » renvoie à la brosse ronde qui enlève les toiles d’araignée. Ainsi, nous comprenons la comparaison à la forme du nid de pie…les nuages sont également comparés à des toiles d’araignées.

Afficher l'image d'origine

 

 

Publicités

A propos Brune

Mère-enseignante de 8 enfants. Site: grandirpresduchataignier
Cet article a été publié dans Divers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Dictée collège: promenade avec Jules Renard

  1. J’aime bien vos réflexions sur l’espace et le temps… et sur la pesanteur des descriptions pour un lecteur. Peut-être cela vient-il de ce que le lecteur attend la surprise de l’action, d’un dialogue, d’un geste ou de la réaction d’un personnage, alors que la description lui est « donnée » toute faite, médiatisée par la subjectivité de l’auteur. On l’accepte d’ailleurs mieux dans un poème que dans des pages de roman, et mieux quand elle ouvre sur un mystère que quand elle n’est qu’explicative ou « ornementale »… Aujourd’hui, c’est encore pire pour les jeunes lecteurs, habitués à la saisie globale et rapide de l’image ! D’où l’intérêt de votre approche qui associe la description dans un texte, a priori « étrange » avec un lexique complexe, à l’image de ce que la nature offre. Voir donne sens… comme écouter, sentir, goûter. Emplissons-nous vraiment le temps, quand nous ne prenons plus celui de simplement sentir ? Bon courage pour cette rentrée.

  2. ACT dit :

    Bravo à vous et à vos filles. Aucun de mes enfants n’a travaillé en français ainsi. Merci pour l’explication de la tête de loup ainsi que de la photo, j’ignorais sa signification.
    C’est un très beau texte. Les descriptions existent tout de même dans des textes actuels destinés aux jeunes. De mémoire, il me semble qu’il y a de beaux passages dans les Harry Potter.
    Si j’avais appris à travailler ainsi une dictée, je n’aurais pas eu des notes approchant le zéro tous les 15 jours, note que je rattrapais par l’explication de texte qui se faisait ensuite …

    • Brune dit :

      Vous avez raison, bien sûr , et heureusement qu’il y a encore des descriptions dans les romans actuels. j’exagère souvent intentionnellement… mais, les descriptions sont nettement moins présentes qu’elles ne l’étaient au 19 e siècle.
      La dictée peut être un exercice si désagréable quand elle sert à « noter » la faute au lieu de servir de support à une leçon de grammaire…

  3. isabelle dit :

    bonjour ,le collège n est que pour l année prochaine ,mais je trouve cette façon de travailler génial , j analyse les phrases écrites mais là vraiment ,super
    j aimerai tellement que vous nous en partagiez d autres ,pour avoir d autres exemples pour travailler de la même manière
    merci pour ce blog
    isa

    • Brune dit :

      Si j’ai le temps je le ferai promis!!! Je tire ces dictées de cours par correspondances déjà suivis dans le passé, ou de certains livres manuels anciens, qui sont souvent accompagnés de travail de réflexions fort intéressantes!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s