Jean-Henri Fabre


donnera

JJean-Henri Fabre. Jean Rostand disait de lui : "Un grand savant qui pense en philosophe, voit en artiste, sent et s'exprime en poète."e connaissais de réputation ce grand entomologiste. Je n’avais pas négligé d’offrir à mes enfants  un livre sur lui. Mais, en fait, j’ignorais le plus passionnant le concernant! Je me suis captivée durant ces vacances pour son ouvrage « La plante, leçons à mon fils sur la botanique« . Comment expliquer un grand coup de foudre?

Je suis émerveillée par la personne qu’il a été. Lisant ses pages merveilleusement agréables à lire sur la botanique, j’ai été aussitôt happée par le désir de connaître davantage son parcours. Un personnage riche de plusieurs cordes à son arc. Jean Rostand disait de lui: « un grand savant, qui pensait en philosophe, voyait en artiste et s’exprimait en poète ». Il a entretenu un longue correspondance avec Charles Darwin, une amitié avec le philosophe anglais John Stuart Mill épris de nature également.

Ce qui m’émeut le plus dans le tracé de la biographie de Fabre, c’est la condition très modeste qui l’a vu naître. Un peu à la façon d’un Charles Péguy, c’est son amour du savoir, son propre travail qui l’a conduit vers une   renommée. Mais Fabre n’est pas consacré par les grandes écoles bien qu’il reçoive la Légion d’Honneur du ministre Duruy. Il passe par un circuit fort original, une pensée très indépendante  . C’est un autodidacte. Les pages dédiées à l’école qu’il l’a instruit sont délicieuses. On s’interroge alors: comment le grand entomologiste a-t-il pu se hisser dans la connaissance avec ce départ si rocambolesque au niveau scolaire? « Nul ne se risquerait non plus à faire intervenir la parole et l’exemple des maîtres. D’éducation scientifique, moisson des écoles, il n’y en a pas absolument. Je ne suis jamais entré dans une salle de faculté que pour y subir le toisé des examens. Sans maîtres, sans guides, souvent sans livres, en dépit de la misère, le terrible étouffoir, je vais de l’avant, je persiste, je tiens tête aux épreuves, si bien que l’indomptable bosse finit par épancher son maigre contenu. Oh ! oui, bien maigre, mais peut-être de quelque valeur si les circonstances lui fussent venues en aide. J’étais né animalier. Pourquoi et comment ? Pas de réponse « . Sans doute est-ce dû à son génie! La lecture de sa vie, le rend en tous les cas très attachant.

DSC00329La mode des entomologistes au XIXe siècle est aux études de l’insecte mort, aux dissections, aux tableaux que l’on tire alors de ces observations très académiques. Je ne pense pas qu’il faille honnir ce travail qui fut fait… Mais Jean-Henri Fabre va ouvrir une autre voie, un regard totalement différent sur l’insecte et le savoir. Pour lui, seule l’observation de l’insecte « vivant » dans son environnement l’intéresse, ce qui tranche totalement avec le courant de son époque. Quand Fabre observe   l’insecte, il porte attention à l’animal lui-même  mais également à tout son écosystème: l’herbe qui le nourrit, la branche sur laquelle il repose, le vent qui souffle par là. Il intègre tous ces paramètres à son étude et son observation. Cela forme un tout !

Afficher l'image d'origineJean-Henri Fabre qui fut un temps instituteur, sera intéressé à donner des cours le soir aux adultes  pour vulgariser son savoir. « Les jours de leçon, c’était fête, les jours de botanique surtoutj’enseignais à ces jeunes personnes ce que sont l’air et l’eau, d’où proviennent l’éclair, le tonnerre, la foudre… comment germe une graine et comment s’épanouit une fleur, toutes choses éminemment abominables aux yeux de certains, dont la flasque paupière cligne devant le jour. Il fallait au plus vite éteindre la petite lampe, il fallait se débarrasser de l’importun qui s’efforçait de la maintenir allumée… » (Souvenirs entomologiques, deuxième série, histoire de mes chats, 1882).

Mais, qu’est-ce que tout cela a à voir avec l’école à la maison? Tout! Tout, ressemble à cet idéal que je porte autour de la classe… Apprendre en observant! Jean-Henri Fabre s’est évertué à rendre facile la compréhension des notions difficiles des sciences naturelles. Il a écrit non moins de dix-huit ouvrages scolaires avec la maison Delagrave ainsi que des livres destinés à la jeunesse tels: La Terre, (1865), Le Ciel (1866) et Histoire de la bûche (1867). Il écrit à partir du personnage de l’oncle Paul qui raconte la nature aux enfants à travers différents récits. Le langage au vocabulaire riche, est néanmoins très limpide, voilà la force de cet homme simple et modeste toute sa vie! J’aime particulièrement cet ouvrage de lecture courante disponible en ligne. Il y explique comment les fourmis font aussi des troupeaux de pucerons sur le modèle des troupeaux de nos vaches…

Jean-Henri Fabre à redécouvrir sous le prisme de l’IEF… ou de toute instruction vivante!

Publicités

A propos Brune

Mère-enseignante de 8 enfants. Site: grandirpresduchataignier
Cet article, publié dans école-maison, CE1, Divers, IEF, leçon de choses, réflexion, sciences, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Jean-Henri Fabre

  1. Merci pour cet article qui donne envie de lire J.H. Fabre. Attention, une petite coquille dans le nom du ministre : il s’agit de Victor Duruy et non Deruy.
    Meilleurs vœux pour l’année qui débute.

  2. nycteis dit :

    Ayant un passionné d’insectes à la maison nous nous sommes intéressés également à Jean-Henri Fabre en lisant le magnifique livre Jean-Henri Fabre « Les enfants de l’été « , Très belle année 2016

  3. Maman Griotte dit :

    Très bonne année à toi et toute ta famille, et merci pour ses trésors que nous découvrons avec joie!

  4. Melissa dit :

    C’est au detour de lectures de blogs ief que j’atteris ici et sur cet article en particulier. Le coup de coeur pour Fabre transperce l’ecran et me donne envie de le decouvrir à mon tour, merci pour ce partage 😉

  5. Certains de ses livres sont sur ma liste depuis quelques temps, mais se n’étais pas ma priorité… Je crois que je vais prendre le temps. Merci encore

    • Brune dit :

      Avec plaisir! Je précise que le livre sur la plante est un véritable cours de « biologie » sur la plante, mais écrit si agréablement que je le lis avec enthousiasme!

  6. annadeirdre dit :

    Bonjour, merci
    Sur le site https://www.e-fabre.com
    aurore 1ere et 2eme partie voilà le sommaire : https://www.e-fabre.com/e-texts/aurore/aurore_sommaire.htm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s