Fête foraine


DSC01920

Nous prenons la semaine pour explorer le thème de la fête foraine. Riche thème qui les remplit de souvenirs heureux. J’aime faire appelle à leur vécu quand on aborde les thèmes. Au village familial, chaque fin d’été se conclut par une fête foraine attendue par les petits et les grands. Moment qui les fait rêver au fur et à mesure que les baraques s’installent sur la place. Les toiles recouvrent les manèges, mais déjà elles devinent ce qui sera et planifient ce qu’elles feront! Et entre toutes les confiseries qui les attirent, la barbe à papa à partager remporte leur faveur.

Riches de ces sensations, elles peuvent sans mal entrer dans les textes suggérés. Les mots trouvent échos en elles… Dans les vieux manuels, nous pouvons puiser dans ces textes truffés de mots riches. Nous nous en sommes données à cœur joie dans ce texte de Baudelaire. Déjà dans la première phrase on se délecte! Nous avons défini « ébaudir » et chacune d’elle a formulé une nouvelle phrase contenant ce verbe. Puis « Saltimbanque »: j’explique que le mot signifie « celui qui saute sur un banc ». Pour ma CE1 qui apprend les « m » devant les « b », l’écriture du mot sera un exercice en soi. Qu’est-ce qu’une « baraque »? N’en voyons-nous pas également sur les marchés de Noël? Et puis nous définissons « forain ».

Nous aimons l’étymologie des mots. Il semble que nous ne les percevons plus de la même manière par la suite! « Forain » vient du latin « foris » qui vient de l’extérieur, et par extension étranger. En anglais, la forme est restée pour qualifier l’étranger: foreign. Le forain est celui qui travaille à la foire. Or « foire » vient du latin  feria signifiant jour de fête. On peut rapprocher le mot moderne « férié », un jour férié… En peu de mots, nous avons voyagé dans le temps, mieux compris l’essence profonde du mot à partir de la petite histoire qui y est évoquée… Nous touchons à la splendeur des mots, et c’est ce qui rend si intéressant le français. Nous y plongeons avec d’autant plus d’engouement que nous en ressortons nourries…

Texte commun

La fête foraine

 Partout s’étalait, se répandait, s’ébaudissait le peuple en vacances. C’était une de ces solennités sur lesquelles, pendant un long temps, comptent les saltimbanques, les faiseurs de tours, les montreurs d’animaux et les boutiquiers ambulants, pour compenser les mauvais temps de l’année…

Pour moi, je ne manque jamais, en vrai Parisien, de passer la revue de toutes les baraques qui se pavanent à ces époques solennelles.

 Elles se faisaient, en vérité, une concurrence formidable : elles piaillaient, beuglaient, hurlaient. C’était un mélange de cris, de détonations de cuivre et d’explosions de fusées. Les queues-rouges et les Jocrisses convulsaient les traits de leurs visages basanés, racornis par le vent, la pluie et le soleil ; ils lançaient, avec l’aplomb des comédiens sûrs de leurs effets, des bons mots et des plaisanteries d’un comique solide et lourd comme celui de Molière. Les Hercules, fiers de l’énormité de leurs membres, sans front et sans crâne, comme les orangs-outangs, se prélassaient majestueusement sous les maillots lavés la veille pour la circonstance. Les danseuses, belles comme des fées ou des princesses, sautaient et cabriolaient sous le feu des lanternes qui remplissaient leurs jupes d’étincelles.

DSC01859 Tout n’était que lumière, poussière, cris, joie, tumulte; les uns dépensaient, les autres gagnaient, les uns et les autres également joyeux. Les enfants se suspendaient aux jupons de leurs mères pour obtenir quelque bâton de sucre, ou montaient sur les épaules de leurs pères pour mieux voir un escamoteur éblouissant comme un dieu. Et partout circulait, dominant tous les parfums, une odeur de friture qui était comme l’encens de cette fête.

Charles Baudelaire (1821-1867) Le spleen de Paris

Poésie pour le collège:

Fête foraine

Heureux les amoureux

Sur les montagnes russes

Heureuse la fille rousse

Sur son cheval blanc

Heureux le garçon brun

Qui l’attend en souriant…

Heureux dans son carrosse

Un tout petit enfant

Malheureux les conscrits

Devant le stand de tir

Visant le coeur du monde

Visant leur propre coeur

Visant le coeur du monde

En éclatant de rire.

Jacques Prévert, Paroles.

Poésie pour CE1:

Le cheval du manège

Il y a un cheval devant
Il y a un cheval derrière .
Et c’est mon cheval cependant
Qui est le premier du manège .
Il est blanc comme la neige
Qui scintille sous la lumière .

Il a dans le flanc trois miroirs
Où je me penche pour me voir.
Et une belle queue en bois
Qui est aussi large que moi.
Il est si vif qu’il sauterait
Du manège si je voulais.

Mais je le tiens d’une main ferme.
Il sait que c’est moi qui gouverne.
Il y a un cheval devant
Il y a un cheval derrière.
Il faut qu’il tourne patiemment
A sa place c’est la première

Maurice Carême

La dictée pour les grandes:

DSC01827Les jours de fête ce sont jours de plaisir. C’est plus que du repos, c’est du plaisir. Chevaux de bois et loterie, et auberges pleines, en voilà de l’activité! Les bals sautent et font de la musique avec tant de cris et de bruit qu’il semble que la vie humaine est multipliée par cent. je vais tout voir, mais je m’attache à ce qui brille. les chevaux de bois sont un abrégé des merveilles des cieux. Ils contiennent des dorures, de la musique et du mouvement. Je leur donne toute ma bourse et, lorsqu’elle est vide, je les regarde tourner et je leur donne tous mes sentiments. les jours de fête sont bons comme des parents qui viennent quelquefois chez nous, avec des cadeaux et de la joie, et auprès desquels on oublie son travail et ses pensées.

Ch.-L. Philippe

La semaine tournera autour de ces textes à lire, à apprendre, à analyser. Chaque jour verra une phrase de la dictée à analyser grammaticalement. Ainsi nous passerons les notion vocabulaire, grammaire, conjugaison, orthographe et les effets de style sur ce simple travail de textes. A la fin de la semaine, elles rédigeront une courte rédaction.

Advertisements

A propos Brune

Mère-enseignante de 8 enfants. Site: grandirpresduchataignier
Cet article a été publié dans 6e, accueil, école-maison, CE1 français, Divers, Français, français 4e, IEF, réflexion. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Fête foraine

  1. Lysalys dit :

    Intéressant ce thème ! Léger et vivant !

  2. Sylvie dit :

    Magnifique thème en effet… une belle semaine pour vous!

    • Brune dit :

      Oui, on l’a fait la semaine dernière et ce fut bien car on enchaînait cette semaine avec Noël et les marchés de Noël qui reprenaient certains termes 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s