La joie d’apprendre


LAfficher l'image d'originea factrice m’a vendu un calendrier de la Poste hier. Nous discutions du travail des facteurs, de ce qu’il est devenu, comme bien d’autres métiers, un travail de rendement économique. Je me souviens pourtant, il fut un temps où être facteur était un métier plaisant, qui demandait certes d’aimer le plein air et la marche (ou le vélo). Il y avait place à une certaine convivialité. Le facteur était connu du village. On connait évidement ces clichés du facteur invité à boire un coup d’une maison à l’autre… L’économie de rendement a rendu ce métier bien peu attirant pour les jeunes. On pourrait dire la même chose de bien d’autres carrières.

EAfficher l'image d'originen enseignement, la mesure de l’élève à chaque paramètre de ses apprentissages a pris tant de place qu’on en oublie qu’apprendre n’est pas seulement un acte compliqué, qu’il est d’abord et avant tout un temps d’ouverture sur l’autre, sur le monde et une aide pour le comprendre. Découvrir le monde et le comprendre ne devrait-il pas être un émerveillement?

Même en classe-maison, on ressent souvent de la part de plusieurs parents une angoisse. « Si je ne fais pas la grammaire en lien avec le texte de compréhension et si je ne fais pas d’interdisciplinarité est-ce que mon enfant pourra être à niveau? »

DSC02476Nous sommes dans un monde rempli de tellement de peurs… N’en rajoutons pas! Je pense que l’enseignement ne devrait pas s’articuler autour de la peur, mais au niveau de la joie. Il est heureux d’apprendre! A la maison, je ne fais pas tout comme « il le faudrait ». Je fais faire la lecture à partir de certains manuels et de certains bijoux trouvés. Je tente de leur donner une connaissance des trésors de nos écrivains du passé mais aussi de ceux qui appartiennent au génie de l’humanité et qui dépassent nos frontières. Dans les manuels, je ne trouve pas toujours le travail de grammaire souhaité et je le travaille donc à part avec d’autres petits extraits, et parfois même, mes dictées sont prises dans un autre manuel. J’essaie de trouver les dictées qui collent au travail réalisé en grammaire mais je n’y arrive pas toujours… Je prends alors une dictée de révision. Une seule règle en cette matière, la dictée doit recouvrir les notions vues…

Je considère qu’avec trois préparations pour trois enfants et multipliées par trois à quatre matières à voir par jour, s’il fallait que tout tienne absolument en un ensemble absolument cohérent, j’y passerais toute ma vie…

DSC02420Mes enfants apprennent chaque jour, ils sont heureux de découvrir, ils progressent sans cesse et prennent des initiatives afin de connaître des thèmes qui les nourrissent. Je n’ai aucune recette magique, mes enfants ne sont pas non plus de parfaits élèves qui réussissent en tout. Et je suis loin d’être le parent enseignant modèle. Mais une chose réussit vraiment dans notre classe, c’est la joie d’apprendre… Cette joie est le chemin essentiel pour la connaissance.

Publicités

A propos Brune

Mère-enseignante de 8 enfants. Site: grandirpresduchataignier
Cet article a été publié dans accueil, école-maison, Divers, IEF, Réflexions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour La joie d’apprendre

  1. Sylvie dit :

    Je pense qu’une grande partie de nos difficultés réside dans cette obligation de rendre des comptes ensuite. Dans mon cas, par exemple, je dois «prouver» que mes enfants apprennent certaines choses considérées «obligatoires» pour le niveau. J’ai donc l’obligation de mettre dans le portfolio d’évaluation plusieurs documents prouvant que les dites choses sont faites.

    De plus, c’est souvent terriblement angoissant, pour plusieurs, de marcher hors des sentiers!!!

    • Brune dit :

      Nous sommes pour la plus part tenues de démontrer nos « résultats »… Je n’y échappe pas non plus. Et, je ne discute non pas la finalité, mais le processus… Dans la démarche, il me semble primordial de susciter de la joie afin que s’installent des apprentissages. 🙂

      • Sylvie dit :

        Mais oui Brune 🙂

        Je suis entièrement d’accord avec toi! Je pense que le plaisir d’apprendre est primordial en classe-maison. Mais… il est difficile de choisir ce plaisir parfois quand on se sent «coincé» par les obligations 😉

  2. Brune dit :

    Je ne le nie pas. Mais pour quelle raison fais-je l’IEF si ce n’est pour profiter de cette liberté (balisée certes) qu’il m’est donné ? 🙂 Mais peut-être as-tu plus de contraintes que moi au fond…

  3. S’il y avait un unique sentier pédagogique pour « faire apprendre »… ça se saurait, depuis le temps que tous nos plus éminents cerveaux se penchent sur la question !!!! Votre avantage, à vous les mamans de l’IEF, c’est que vous êtes des « modèles vivants », vos enfants vous voient observer, chercher, lire, réfléchir pour préparer leurs leçons… Ce n’est, malheureusement, pas le cas de la grande majorité des élèves dans nos classes ! Or, la première voie d’apprentissage, me semble-t-il, c’est le mimétisme du jeune enfant face au modèle familial. L’enfant porte donc les angoisses – bien injustifiées – parentales… mais aussi leur joie d’apprendre ! Un parent qui s’enthousiasme à table pour un livre lu, un film vu… ou toute autre observation, voilà la « stratégie d’apprentissage » qui vaut bien plus, selon moi, que toutes les « inter » ou « trans »-disciplinarité !

  4. Brune dit :

    C’est exactement ça, et tellement bien expliqué (comme toujours!).

  5. Oui , c’est le but que nous poursuivons toutes avec nos enfants, mais pour ma part, j’ai du mal à trouver mon chemin certains jours…

    • Brune dit :

      Il est normal que certains jours, pour une raison « x » notre démarche se heurte à des soucis. Nous ne sommes pas toujours en forme et nos enfants non plus… De plus, les enfants en bas âge demandent beaucoup de notre patience et font régulièrement des « crises » puisqu’ils ne sont pas raisonnables! C’est pourquoi je trouve important qu’en choisissant de faire l’école à la maison je m’astreigne à éviter de m’angoisser avec des pressions supplémentaires telles : « je ne fais pas tout ce qu’il faut! ». Même dans les meilleures conditions, il est évident que je n’arriverai jamais à faire tout ce qu’il faut… Mais, je fais déjà beaucoup et je le fais du mieux que je peux… 🙂

  6. Vic dit :

    Tu as tout compris…Ici, tout se fait à présent dans l’envie et le plaisir! Rien n’est fait par obligation. Les enfants sont alors beaucoup plus épanouis! 🙂 Alors, quel bonheur!

    • Brune dit :

      Ici, mes enfants aiment fonctionner avec un horaire, bien qu’il soit assez souple. Elles ont du mal à « jouer » ou s’occuper » librement avec l’idée d’avoir encore des choses à faire… Mais, je suis une agence de pub sur deux pieds auprès d’elles et ne manque jamais de leur rappeler la chance que nous avons d’apprendre ainsi à la maison. Et je pense qu’elles en ont pleinement conscience. C’est une force que de prendre plaisir à apprendre! Tes enfants ont en effet l’air très heureux de votre nouveau fonctionnement. Et je pense que c’est ce fonctionnement interne que l’on doit d’abord trouver afin d’être bien et disposés à « connaître »… Un enfant malheureux d’apprendre ne va avoir aucune motivation à retenir ou à faire l’effort de comprendre!

  7. Oui c’est exactement cela Brune  » avoir la motivation à retenir et faire l’effort de comprendre avec du plaisir ». Certains jours, cela coule, l’école se termine par un « oh c’était trop génial l’école aujourd’hui », d’autre elle traîne plus des pieds, et les petits frères et sœur s libres a coté n’aident pas toujours 😉

    • Brune dit :

      Oui, je me souviens de lorsque je n’en avait qu’un seul en classe et les autres qui pouvaient jouer à loisir et un bébé dans les bras. Nous sommes héroïques 😀 !!! Et c’est bien normal que le seul à travailler soit un peu « distrait » par les autres… Mais, notre travail est de susciter surtout en eux la fierté d’avoir appris. Etre grand c’est une chance de mieux comprendre: un privilège :)…

  8. Lysalys dit :

    Ah tiens chez toi aussi pas de perfection 🙂 Tout à fait d’accord sur cette notion de joie et l’incohérence de la peur pour apprendre. La peur apprend tout à avoir peur. Bonne journée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s