L’écriture manuscrite


Heureux au travailUn excellent article dans le numéro de Cerveau et psycho de ce mois-ci: « Faut-il encore écrire à la main? » Il semblerait que l’écriture manuscrite aie une incidence dans l’apprentissage et qu’on l’aurait négligée jusqu’à présent… A l’heure où il est de plus en plus question du numérique en classe, l’avis des chercheurs est fort instructif. Quand on tape sur les touches du clavier et que l’on regarde les lettres imprimées,  on activerait une seule zone du cerveau, celle de l’activité visuelle. L’écriture manuscrite, elle, stimule les zones du cerveau visuelle et  motrice, et ce même lorsque l’on n’effectue aucun mouvement (i.e. le simple fait de lire une lettre manuscrite  stimule également la zone physique du cerveau de même que visuelle…).   Le « rétrocontrôle visuel unifie la main, l’œil et l’attention » et cela serait essentiel dans l’efficacité de l’apprentissage . Les études (trop peu nombreuses pour l’heure) tendraient à prouver que les apprentissages par le biais du clavier seraient plus éphémères dans la mémoire. Les notes manuscrites s’imprègneraient de manière plus pérenne.
L’article mentionne -et je trouve cela fort instructif- que nous utilisons les mains pour accéder à la pensée. « Manipuler des objets est mystérieusement indissociable de l’acquisition de la parole ». L’humain en devenant bipède aurait libéré ses mains, et c’est l’utilisation de celles-ci qui aurait fait émerger la parole. Quel rôle la main a-t-elle encore à jouer dans l’acquisition du langage écrit?

une main ecrivant sur une tablette tactile

Image tirée de la revue Cerveau et psycho

L’outil pour écrire (clavier ou stylo) n’est donc pas banal… Il est très tendance de considérer que la copie   manuscrite ne sert à rien dans l’apprentissage. Nous pensons que libérer l’enfant de cet apprentissage lui permettra de se concentrer sur les notions plus intéressantes que le tracé géométrique des lettres. La question fait débat aux États-Unis où l’on parle de supprimer l’acquisition de l’écriture en faveur de l’utilisation exclusive du clavier. Déjà ici, on   distribue à l’élève des tonnes de photocopies   qu’il colle dans ses cahiers et on pense qu’il lui suffira   de les lire pour en absorber les notions. L’enfant devient réfractaire à l’écriture qui se trouve considérée comme obsolète (dans le meilleur des cas), voire, un objet de torture inutile. Or, le « corps intervient entre l’outil et le cerveau. » Le geste de la main favorise les apprentissages…

Sommes-nous en train de mettre en péril un outil d’apprentissage précieux en supprimant de plus en plus l’écriture manuscrite?

DSC02139

Publicités

A propos Brune

Mère-enseignante de 8 enfants. Site: grandirpresduchataignier
Cet article a été publié dans Divers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour L’écriture manuscrite

  1. Kalumaya dit :

    Je trouve cela très intéressant. Merci de ce partage! Je vais aller lire leur article dès que j’ai deux minutes.

  2. Sab dit :

    Cela m’interroge beaucoup aussi !! Merci pour ce partage.

    « Plus le geste est précis, plus la pensée s’affine »… C’est tellement vrai !

  3. Sylvie dit :

    Tu rejoins mon questionnement du jour… Brune, tu lis dans mes pensées parfois! Très intéressante cette publication, merci.

  4. Laurence dit :

    Merci Brune !! Merci, merci !! J’ai fait le choix ici de réduire les photocopies, d’imposer aux enfants de copier leurs exercices (pas de boucher des trous)…c’est long, que c’est long au départ !…presque 30 minutes pour un seul exercice bourré de fautes de copie…! Décourageant….! Mais avec le temps et la patience (répéter 10 fois comment bien présenter…!!), les enfants mettent moins de temps, font de moins en moins de fautes aux exercices mais aussi en dictée, en expression écrite, en copie par ailleurs….ils aiment écrire…se mettent à écrire des livres en dehors des temps de classe…!! Et là, on se dit qu’on tient le bon bout ! Ne rien lâcher surtout ! Ils aiment écrire au stylo plume. Moins d’exercices écrits mais fait entièrement à la main…voilà un des secrets du progrès des enfants ! Même les mots croisés, nous les recopions…tracer des carrés de 5 carreaux à la règle…voilà un bel exercice de géométrie ! placer les cases noires aux bons endroits et hop encore des maths ! Le quadrillage dans ce qu’il a de plus concret…!! Vive le Berthou !

    • Brune dit :

      Voilà, c’est exactement ce que l’on expérimente ici. Et je me souviens qu’on s’en était parlé d’ailleurs. Nous avions pris le tournant en même temps si j’ai bonne mémoire… Cela partait d’abord du souci de diminuer les photocopies. Mais avec l’expérience, on s’est rendu compte que les bénéfices étaient absolument bluffant sur la capacité d’écrire. Merci pour ton partage qui permet de constater que la même expérience donne les mêmes conclusions 😉 Oui, Berthou est un outil qui plaît bien avec les récapitulatifs de la semaine la dernière journée en mots croisés…. C’est aujourd’hui d’ailleurs!

  5. Vic dit :

    Nous sommes bien entendu de ton avis! l’écriture est nécessaire mais cela doit être aussi un plaisir!
    De plus, c’est tellement agréable de recevoir un joli courrier, cela se perd!

    • Brune dit :

      Oui, quel plaisir de recevoir du courrier par la poste. Déjà que l’enveloppe, quand elle est joliment décorée, et le timbre bien choisi… Et on a une impression « différente » entre la lecture d’une lettre manuscrite: on dirait qu’on « voit » la personne. Je me souviens quand à l’école, sur une pile de copie, je reconnaissais la mienne. c’est curieux, non, de reconnaître son écriture ou celle de quelqu’un que l’on connait…
      Mais évidemment, cela doit rester un plaisir!

  6. Très intéressante réflexion… On peut regretter que le progrès technique indéniable que représentent tous les outils typographiques actuels se construisent parallèlement à l’élimination d’anciennes pratiques, qui avaient elles aussi leurs atouts. La vraie richesse n’est-elle pas dans la « mixité » des pratiques, selon l’objectif visé ? A propos d' »Eloge de la lenteur » de Karl Honoré : « En réalité, il s’agit moins de faire lentement que de cesser d’exclure ou de détruire par la vitesse ».
    L’écriture manuscrite – et même avec plume et encrier, par exemple pour « rééduquer » la graphie ou la dysorthographie par la lenteur et la suspension à laquelle elle oblige ! – a ses vertus, car elle unit le geste à la pensée, la copie manuscrite, quand elle n’est pas « mécanique » (souvenir des « lignes » de punition !!), permet la mémorisation, la rature d’un brouillon permet la maturation de l’idée… Pour l’enfant, l’ordinateur, lui, permet de développer la saisie globale de l’information, la lecture « transversale » et motive par sa dimension esthétique. Il correspond aussi à notre société de l’instantanéité… Combiner l’instant et la durée, c’est, selon moi, un des grands défis lancé à tout enseignant !

    • Brune dit :

      L’article dans son entier fait la part des choses, bien que l’essentiel tourne plutôt sur l’importance du manuscrit que l’on a tendance à mettre de côté… Il ne s’agit pas de bannir le clavier, mais, cela apporte une réflexion sur l’apprentissage de l’écriture chez les plus jeunes… J’aime bien les points forts du clavier que vous soulignez : »Pour l’enfant, l’ordinateur, lui, permet de développer la saisie globale de l’information, la lecture « transversale » et motive par sa dimension esthétique. »

  7. Une erreur syntaxique, lire « se construit »… et voilà l’inconvénient de l’ordinateur !

    • Brune dit :

      Ah! ça, le clavier est bien traite à ce sujet. Je ne compte plus le nombre d’amis qui m’ont dit combien ils font plus de fautes au clavier: coquille, syntaxe, orthographe. Comme si l’écriture s’organisait également différemment. Il m’arrive de laisser des fautes dans mes pages ici, et je ne les vois qu’après un moment: quel embarras! Et récemment, une coquille sur un mot latin « oppidum » grrrr! Connaissant votre haut niveau de français, nous la jouons modeste ici !!!

  8. Enid dit :

    C’est marrant. Parce que presque tous mes écrits sur l’ordinateur (pas les commentaires ou les mails rapides) passent par l’étape cahier de brouillon. Je ne suis pas capable de composer un texte directement sur un écran.

    Pour ce qui est de mon enfant qui commence à réinventer l’écriture, comme j’utilise le texte libre, tout commence avec un crayon et du papier. Elle tape son écrit au clavier par la suite, mais la copie de mots prime et précède. Ça lui permet d’apprendre le processus de construction d’un joli texte, car le brouillon papier conserve la trace des changements et des annotations.

    • Brune dit :

      Avant, je n’arrivais pas à composer au clavier. Mais au vu des erreurs que je fais avec cet outil, je devrais plutôt me remettre au brouillon manuscrit!!!
      Bel exercice pour ta fille. Je suis certaine que cela doit être très profitable de travailler les phrases de son cru. Ici, mes trois plus jeunes écrivent énormément de « romans » et de B.D. de manière manuscrite. Puis elles les écrivent au clavier, quand elles veulent en faire un livre plus « officiel ». C’est un exercice intéressant. Mais je n’en fais aucune correction, sauf si elles me sollicitent… Elles font tout de même un travail d’auto-correction assez efficace, car elles désirent écrire sans faute. Mon absence de suivi serré n’est en rien un désintérêt, mais plutôt que la somme de travail serait conséquente. Je remarque toutefois que leur orthographe s’améliore d’année en année. Ma CE1 me disait récemment en regardant ses productions écrites de loisir du CP(elle qui écrit encore « esse que » pour « est-ce que ») : »C’est fou les erreurs d’orthographe que je faisais avant!!! » Bon, il y a encore du boulot et on n’est pas rendu… malgré un début de lucidité!

  9. Lysalys dit :

    Avis mitigé… Il me semble que de toute façon ces études n’ont pas évalué les apprentissages avec une écriture manuscrite tardive et une implication corporelle autre… Ici c’est ce qui s’est passé puisque écriture manuscrite impossible ou presque durant de longues années et il n’y a jamais eu le moindre problème pour retenir les notions, mais l’apprentissage était actif…

    • Brune dit :

      Ces études, il est mentionné ne sont pas exhaustives… Donc, il est prudent de le mentionner. Ensuite, en lisant l’article, bien que je ne l’aie pas mentionné dans mon billet, je me suis questionnée sur plusieurs enfants qui ne peuvent pas utiliser la main pour des raisons de handicap d’apprentissage ou vision-spatial etc… Et il faudrait justement se pencher sur ces cas-là, quels mouvements, exercices pourraient stimuler cette zone motrice du cerveau… Tu sembles avoir développé une expertise de par ton expérience qui peut apporter beaucoup à ce niveau. As-tu un lien sur ton blog qui parle de ces mouvements? Je pense que c’est vraiment très intéressant, et tu as bien fait de venir apporter une vision autre sur le sujet. Merci de ton message!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s