Vivre avec un seul salaire


DSC00184Peut-on vivre avec un seul salaire et faire l’école-maison?

Généralement, en IEF, un parent se dégage de tout travail rémunéré afin de se consacrer à l’instruction à temps plein de ses enfants. Le revenu potentiel de la famille est donc amputé d’un salaire.

A la question du « peut-on vivre avec un seul salaire? », comment peut-on répondre de manière générale? D’une famille à l’autre, la réalité est tellement différente… le salaire de soutien familial est si différent et la composition familiale peut être si variée! Si le salaire de soutien est celui d’un médecin chirurgien et que la famille a un enfant unique, je pense qu’il n’y a aucun souci… Mais, je pense que la réalité de plusieurs familles en IEF, qui font le choix de cette vie, est de le faire sans avoir un salaire mirobolant.

Le premier point essentiel est de s’assurer que le salaire couvre tous les besoins, les activités et… les imprévus! Après ce budget déterminé, certaines familles pourront voyager, s’offrir des vacances, payer des stages dispendieux à leurs enfants, tandis que d’autres devront compter chaque denier avant de s’offrir un extra!

J’appartiens plutôt à la seconde catégorie. Nous comptons depuis toujours. Parfois il y a des années de vaches plus grasses, mais, ces années ne sont jamais obèses! Il y a souvent des années ordinaires, et parfois des années « ric rac » non dépourvues de stress !

Mais à travers tout cela, il s’agit d’abord d’un regard… On peut regarder tout ce que l’on ne peut pas s’offrir et sentir monter une certaine frustration… On peut aussi regarder l’énorme dépense que l’on s’offre tous les ans: nous nous payons une instruction maison qui équivaut à un salaire. Alors, en se payant ce luxe extraordinaire, il est normal que l’on ne puisse tout s’offrir! Mais, tout le monde ne veut pas vivre ainsi! C’est un mode de vie tout de même exigeant pour les parents et on a le droit d’aspirer à autre chose!

Mais, moi, je désire ce mode de vie de tout mon coeur! Il s’accorde avec notre vision de la vie. Nous ne souhaitons pas une vie autre que celle que nous nous offrons! Bien sûr, parfois j’aimerais bien avoir ceci, faire cela! Mais pour cela, il me faudrait renoncer à notre vie, et dans ce cas je n’ai aucun mal à renoncer à ce superflu!

Nous vivons une « certaine » sobriété heureuse par la force des choses. Et cela nous convient. Nos enfants ne sont pas privés, ils ont des activités comme plusieurs enfants qui ont la chance d’en avoir! Pour le reste, nous prenons plaisir dans un quotidien simple: un goûter au soleil avec pastèque et limonade maison, une partie de pétanque, une randonnée à pied ou à vélo, une sortie dans la région,  un film en famille,  un repas dehors tard le soir en été, une discussion en famille,   des jeux de société, un coucher sous la tente, une soirée d’observation des étoiles,  un gâteau à faire ensemble…

Baden Powell disait « L’homme le plus riche est l’homme qui a le moins de besoin ». Je rajouterais que l’on est heureux quand on profite du temps qui passe avec nos proches et que l’on sait regarder l’essentiel dans la vie.

Faire le choix d’un tel mode de vie demande un temps de réflexion…

Publicités

A propos Brune

Mère-enseignante de 8 enfants. Site: grandirpresduchataignier
Cet article, publié dans Divers, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Vivre avec un seul salaire

  1. Adeline dit :

    Quelle belle philosophie… Nous allons vivre l’année prochaine avec un seul salaire également, et je suis sûre en effet que même si nous serons moins larges, nous serons enfin ensemble, nous aurons plus de temps pour profiter du quotidien et du bonheur des petites choses. Cela redonnera je l’espère du sens à la vie que pour l’instant j’ai l’impression de subir à cause de son rythme effréné.

    • Brune dit :

      On apprend à apprécier autrement la vie je crois… 😉 Mais, tous les jours ne sont pas forcément roses! Mais on développe un regard sur ce qui compte vraiment…

  2. Sab dit :

    Billet pertinent ! Et j’entends encore trop souvent : « ah quand on peut se le permettre »…
    Que c’est dommage de pas oser lorsque l’on a le choix !!! Pour ma part, cela fait plus de 10 ans que cela dure et malgré des périodes de petites « disettes » , je m’en sors bien !
    Tout n’est pratiquement qu’une question de priorités dans la vie. La nôtre est des plus simples mais avant tout des plus saines et c’est un merveilleux cadeau que d’offrir cela à nos enfants !

    • Brune dit :

      « Et j’entends encore trop souvent : « ah quand on peut se le permettre »… »
      Oui, j’entends souvent cela… et je trouve cette phrase assez injuste au final…nous avons tous une façon différente de dépenser, de vivre, et sans avoir un salaire mirobolant, on peut quand même s’offrir de vivre avec un salaire si cela représente une priorité pour nous. Mais, après, je comprends que tout le monde ne veut pas cela.

  3. Laurence dit :

    Bon, ben, tu as décrit ma vie là….!! Merci Brune pour ce joli post, tellement juste ! Les gens oublient trop souvent qu’on se permet surtout de réels sacrifices dans bien d’autres domaines qu’eux mêmes ne sont pas prêts à accepter…Il s’agit toujours d’enveloppes de postes budgétaires, de vases communicants et nous y mettons chacun nos priorités et nos montants, ce qui sera facile ou réalisable pour les uns sera inconcevable pour un autre…

    • Brune dit :

      Ta remarque complète avec grande justesse tout le propos de l’article. Merci de l’avoir écrit 🙂

      • Laurence dit :

        et répartis aux 4 coins de la France, cela fait plaisir quand on lit que nous sommes plusieurs à avoir les mêmes « enveloppes ». Parce qu’au quotidien, on passe un peu pour des ovni ou des cro-magnons…ma cousine m’appelle gentiment « mes cousins amish », mes parents m’appellent « la pauvre Laurence » comme si j’étais à plaindre et que je vivais dans la misère…!! Ce que le consumérisme et le matérialisme auront fait comme mal tout de même, déformer à ce point le bon sens, formater à ce point les esprits…!

      • Brune dit :

        Ouf! les commentaires que tu reçois!!! De notre côté, on ne nous dit pas les choses en face, mais on sent tout de même que nous sommes de « pauvres fauchés » qui n’avons pas réussi à nous débrouiller dans la vie, mais que si « Brune » travaillait… L’important est d’abord le regard que l’on porte soi-même sur ce vécu, la manière dont on le sent. Et cela est sans doute la clé pour bien le vivre. On peut apprendre à vivre autrement. Mes souvenirs sont remplis de joie sur des « instants d’éternité » qui ne tiennent pas de ce qui est « consommable »: tremper ses pieds dans la rivière lors d’une randonnée en montagne et qu’il fait chaud, ce repas où l’on a parlé avec nos grands à table et qu’on étirait ensemble les minutes parce que c’était trop bon de partager…d’être connectés. J’ai maintenant la joie de voir certains de mes plus grands s’ancrer vers ce type de choix de vie…

  4. Spinoza1670 dit :

    « Baden Powell disait … »
    Voir Épicure aussi. Je te conseille la très très bonne édition de la collection Livre de poche :
    http://www.amazon.fr/Lettres-maximes-sentences-Epicure/dp/2253067091/ref=pd_cp_14_2?ie=UTF8&refRID=0689M7HQHH1DBGV69510

    Mais plus généralement toutes les philosophies de l’Antiquité avaient un raisonnement analogue sur la hiérarchisation des biens. La richesse et le luxe ne venaient pas en première position.

    • Brune dit :

      Très intéressant… Je vais le regarder! De plus, ça peut venir enrichir les citations à écrire au début de la journée pour mes filles!!!

  5. Bea dit :

    Merci pour ce billet …
    Mini salaire ici, et pourtant nous sommes heureux, on a des systèmes D, des priorités différentes, des envies différentes… Beaucoup ne comprennent pas autour de nous, mais tant que les besoins primaires sont comblés, tout le reste n’est que bonus … Pas besoin de posséder toujours +++++++, de dépenser toujours ++++++, les bonheurs simples nous font nous sentir tres  » riches » finalement … Je crois que les enfants ont bien compris notre vision des choses et y adhèrent !
    Belles vacances, bises.

    • Brune dit :

      A toi aussi Béa 🙂 Vu votre cadre de vie, je comprends que vous y trouviez du plaisir! Du plaisir à partir de la nature et de sa simplicité 😉

  6. claire-lise dit :

    Quel beau commentaire…c’est choix de vie dans lequel, je suis heureuse, mais ce n’est pas toujours facile lorsqu’on doit courir après les habits pour en trouver des pas chers, des enfants qui usent leur chaussure en moins d’une semaine, …

    J’aime vivre ce que je vis, je ne voudrais pas vivre autrement, mais l’argent en a quand même besoin pour vivre, c’est pas si simple. Il y a quand même certaines frustrations !

    • Brune dit :

      Bien sûr qu’un minimum est nécessaire… sinon, c’est vrai que les frustrations peuvent être un irritant assez permanent. Mais, si le nécessaire est assuré, après, on peut concevoir qu’il s’agit d’un choix… pas toujours facile, c’est vrai! Mais, combien « riche »!

  7. Gwenn dit :

    Après  » vivre avec peu de moyens » reste une notion très relative. Le budget d’ une famille avec un seul salaire peut être de 1500 euros, parfois moins encore… Et peu sont les privilégiés qui peuvent encore dîner le soir dans leurs jardins ou offrir une collection de  » living books » digne de ce nom à leurs enfants. Malheureusement de plus en plus de gens vivent dans les HLM ne profitant pas de cette possibilité merveilleuse d’ offrir la nature à volonté à leurs enfants, en ville les musées sont hors de prix, les loyers sont extrêmement élevés… Un seul salaire de 1500 euros, un F3 à 800 euros et voyez ce qui reste à de très nombreuses familles ( malheureusement ne sont pas encore comptés l’ alimentation, les vêtements et autres dépenses de base). C’ est pourquoi, vraiment, cette notion de « moyens » reste particulièrement et définitivement très relative. Et j’ admire profondément les parents qui, malgré ces situations difficiles, mais de plus en plus courantes, parviennent à maintenir l’ amour de la connaissance, de la culture et de la joie au sein de leurs familles.Bravo pour ce bel article qui nous permet de repérer les valeurs essentielles de nos existences, merci pour ces très beaux partagés.

    • Brune dit :

      « Malheureusement de plus en plus de gens vivent dans les HLM ne profitant pas de cette possibilité merveilleuse d’ offrir la nature à volonté à leurs enfants, en ville les musées sont hors de prix, les loyers sont extrêmement élevés… » Triste constat, il est vrai! Et nous sommes toujours le riche de quelqu’un d’autre… Merci pour ce commentaire!

  8. Gwenn dit :

    C’ est tellement vrai Brune; j’ ai eu l’ occasion de rencontrer des familles de réfugiés sur Paris et leur situation est dramatique. J’ ai beaucoup pensé à la justesse de vos mots.

    • Brune dit :

      Quel drame humanitaire! Je n’ai pas eu l’occasion de telles rencontres, mais cela doit être très poignant et déstabilisant face à notre société si « opulente » mais qui cache une face bien réelle de la misère…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s