Le réveil des pâquerettes


Sortie tôt le matin dans la nature, j’ai été émue par le spectacle de ces pâquerettes, leur corolle tout recroquevillée. C’était comme si elles dormaient profondément!DSC00085Je me suis souvenue de cette horloge florale inventée par le naturaliste suédois Linné en 1751 et qui figure dans le Esprit d’ici de ce mois.

DSC00087

J’ai eu envie que les enfants soient attentifs à la nature et qu’ils observent eux aussi l’heure de réveil de la pâquerette. Alors nous sommes sorties régulièrement de la « classe » entre les exercices de ce matin afin de ne pas rater le spectacle de l’éveil de ces fleurs  si simples et si jolies.

DSC00082 DSC00084 DSC00083

DSC00090

Une simple leçon d’observation qui permet de comprendre de petits phénomènes naturels et de s’interroger. Ainsi, pourquoi certaines fleurs se ferment-elles la nuit? Pour protéger du froid leurs organes reproducteurs. Comment se produit ce phénomène? Le mouvement de fermeture des pétales fait partie de ce que l’on pourrait appeller les mouvements de veille et de sommeil. La corolle s’ouvre ou se ferme en fonction de la variation de la lumière,  de la température et parfois à cause d’un rythme biologique interne. D’ailleurs dans le champ observé, les pâquerettes n’étaient pas ouvertes dans la même mesure selon qu’elles étaient à l’ombre ou au soleil.

Nous avons cherché pourquoi la pâquerette se nommait ainsi. Elle apparaît autour de Pâques. Elle a ainsi tiré son nom de cette fête. En latin, on l’appelle Bellis perennis, de « joli » et de « pérenne » (qui dure longtemps). Pérenne, un mot à noter dans le répertoire!

Nous en avons fait un schéma en nous inspirant de ce tableau. D’ailleurs, elles ont remarqué que la base feuillue ressemble à celle de la primevère .

Bellis perennis

image tirée du site: http://patrimoine-seixois.fr

Nous avons appris qu’elle était comestible* et  l’avons ainsi inclus dans la salade de ce midi avec des feuilles de pissenlit.

Enfin, pour la suite, nous allons réaliser la semaine prochaine un tableau et observer à nouveau les pâquerettes et les boutons d’or (qui se lèvent plus tôt!) et essayer de voir si ce mouvement est vraiment régulier.

L’enseignement n’a pas à être plus compliqué que cela: observer, chercher à connaître et comprendre. Ce petit volet vient agrandir le champ de connaissances que nous avons des fleurs…

* Attention à la comestibilité des fleurs. Certaines sont toxiques…

Les pâquerettes, 19e siècle William Bouguereau

Advertisements

A propos Brune

Mère-enseignante de 8 enfants. Site: grandirpresduchataignier
Cet article, publié dans Divers, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le réveil des pâquerettes

  1. Sab dit :

    Waouh quelle belle leçon autour de cette petite fleur, comme tu le dis si simple mais si jolie et que nous avons tous ceuillie un jour dans notre enfance…
    D’ailleurs, je suis toujours autant émue, à chaque fois, de recevoir un bouquet des petites mains de mes enfants ! Je me souviens alors des tapis d’herbe parsemés de collerettes blanches que je contemplais il y a quelques décennies !!! Merci…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s