Elever


Depuis un moment, je veux me mettre à l’italien. J’ai grandi dans un quartier où vivaient de nombreux italiens. J’ai eu une très bonne amie italienne à l’adolescence et je me souviens que j’arrivais à bien comprendre les conversations dans sa famille. C’est donc, je crois, une langue à ma portée! Ma lycéenne m’a donc inscrite à Busuu une sorte de méthode Assimil en ligne.

Je me retrouve ainsi dans la position du jeune enfant qui doit apprendre un univers assez inconnu. Mes faibles rudiments d’italien issus d’un passé lointain sont bien endormis! Je veux apprendre! Et ce stade d’apprentissage me plonge dans l’univers dans lequel on immerge les enfants!

Je me revois avec une de mes filles au CNED GS. Dans un des exercices de français, vers la troisième semaine, on demandait à ma fille d’inscrire sur une ligne comment elle pensait que s’écrivait le mot « SOLEIL ». Je me revois éclatant de rire. Comment dire… On nageait alors en pleine démarche auto-socio-construction du savoir! Ma fille qui n’avait aucune idée de l’association des lettres entre elles aurait autant pu écrire: Wxhurt  ou Gtahy ou Leols ou encore Iiiiiiiiiittttttxghrrrrrrplm.  Car elle était au début de la démarche… Bien sûr on peut se dire qu’après de multiples essais et erreurs elle aurait pu déduire, après un très  long travail d’accompagnement, certaines notions. Comme les hommes à l’âge de pierre auraient pu laisser chacun de leurs rejetons trouver par eux-même comment on fait un feu…

Je pense que les enfants ont le désir d’apprendre. Et leur tendre la main pour les aider à y parvenir est important. La tendance est d’aller vers l’enfant. Se mettre à sa portée, le garder au niveau de ses intérêts  . Il me semble que dans le joli mot « élevé » il s’agit plutôt de sortir l’élève (celui qu’on élève) et de l’amener vers le savoir . Il ne s’agit pas de déconsidérer l’enfant en partant du postulat qu’il ne sait pas. Il ne s’agit pas de l’emplir comme une jarre non plus. On peut transmettre et faire réfléchir!  Je constate que je ne connais pas l’italien: qu’on m’apprenne! Et je ne veux pas auto-construire mon savoir. Je veux qu’on me transmette comment les experts en italien parlent italien!

Bref, notre mandat est donc  « d’élever » les enfants vers l’âge adulte. Et pour cela, tout doucement, nous devons les sortir de leurs savoirs pour les hisser vers plus de connaissances…*  Ce qui ne veut certainement pas dire une transmission dépourvue de vie qui ne tient pas compte de leurs intérêts d’enfants! Mais on peut offrir mieux que Titeuf en français!

*J’omets volontairement le mot compétence… ce qui ne veut pas dire que la connaissance doit être creuse, mais là, c’est un autre débat…
Publicités

A propos Brune

Mère-enseignante de 8 enfants. Site: grandirpresduchataignier
Cet article, publié dans Divers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Elever

  1. Fournier dit :

    un seul mot : MERCI ! Bravo, très beau post !

  2. poirple dit :

    Quelle violence faite aux enfants quand on fait tout pour les empêcher d’apprendre. Les connaissances sont des aliments et en priver les enfants me semble presque relever de la maltraitance. Pour Alain, l’enfant méprise l’adulte (le maître) qui l’amuse et se met soi-disant à son niveau. Il veut, comme tu le dis si bien, qu’on l’aide à s’élever. Il a des ambitions bien plus grandes que ce pensent beaucoup d’adultes.

    • Brune dit :

      Tiens, Alain me renvoie à ce que je ressentais adolescente quand on essayait de nous parler « jeune » avec le code des expressions des ados. Je dois dire que je détestais cela souverainement, une impression qu’on voulait nous duper pour arriver aux fins des adultes!

  3. jogadel dit :

    Ah tiens Brune quand un adulte faisait ça j’avais l’impression qu’il me prenait pour une idiote. Malaise. En fait , du coup c’est moi qui le ridicule et idiot.

    Une chose intéressante à faire sur busuu avec les enfants est de leur faire corriger les phrases des personnes apprenant le français. Nous nous sommes beaucoup interrogés avec mon lycéen sur le choix du vocabulaire, des temps , des modes ,des expressions. Quel est niveau d’approximation devions nous accepter? Comment choisir entre deux traductions possibles?
    il nous a fallu analyser les phrases proposées par les apprenants et vérifier nos connaissances. Un travail vraiment formateur et valorisant.

    • Brune dit :

      Oui, ma lycéenne fait cela aussi, elle corrige les apprenants. Mais je n’avais pas songé à le faire faire à mes plus jeunes, mais effectivement ce pourrait être une bonne pratique du français !

  4. Therry dit :

    Bonjour Brune!
    Puis-je te conseiller une application gratuite pour apprendre l’italien ou autres langues? En fait, ce sont deux applications, qui sont aussi disponibles sur Internet si tu n’as pas de tablette. Il s’agit de Memrise et de DuoLingo. Avant je ne jurais que par DuoLingo, mais depuis que j’ai découvert Memrise, les phrases sont beaucoup plus cohérentes et plus près de la réalité de tous les jours.

    Buona fortuna con l’italiano!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s