Où sont les enfants?


Cette phrase que prononce avec angoisse Sido, la mère de Colette, je la reprends en pensant aux enfants dans notre société… J’ai de grands enfants, et je baigne encore avec mes plus jeunes dans l’enfance. Je me souviens de ma propre enfance… C’est une étape de la vie que je chéris particulièrement. Où est l’enfance insouciante passée?

Nous, parents, sommes responsables en partie de ce phénomène qui se joue actuellement. Quand un enfant est tellement occupé entre l’école et les activités, qu’il n’a plus le temps de jouer, nous contrevenons au droit à l’enfance. J’entendais une mère, dont la fille voulait arrêter une activité (une de ses nombreuses), dire: « Mais elle ferait quoi à la place? Jouer? » Et ce droit au jeu lui semblait une réponse inadéquate pour arrêter une activité…

Les experts sont aussi responsables. Nous n’élevons plus des enfants au meilleur de notre connaissance avec amour! On observe les enfants sous toutes les coutures et forcément chacun a une particularité de travers qu’il faut redresser. Les enfants se retrouvent avec des étiquettes qui remplacent leur prénoms. Ils sont victimes d’être « dys » ou « HP », alors qu’ils sont avant tout des enfants. Autour d’eux on écrit des litanies de ce qu’ils sont . Un « dys » réagit comme ceci, un « HP » va faire cela… Sans avoir confiance en ce qu’il peut être sans eux… C’est parfois la ronde des spécialistes ortho, psy qui s’ajoutent à l’horaire. (Je précise qu’il demeure important aujourd’hui de pouvoir aider son enfant en difficulté. Je ne discute pas que cela soit, mais de la place que cela prend). Petite, je voyais parfois le dentiste, le docteur…

Le marketing est aussi responsable de cette disparition de l’enfance. Les enfants sont habillés de plus en plus « ado ». On leur met en tête des marques, ils en deviennent préoccupés. Avant, c’était les parents qui disaient à leur enfants de faire attention à leur pantalon blanc… qui finissait immanquablement avec des traces d’herbe et de boue!

Que sont les jeux devenus? Les jeux électroniques prennent beaucoup de place… A partir des 7 ans de l’enfant, les fabricants de jouets orientent leur industrie vers les jeux électroniques.

En IEF, nous pouvons entrer dans cette même pression qui est mise sur les enfants, ou nous pouvons prendre une distance avec ce mode de fonctionnement (sans jamais y échapper totalement). Nous pouvons décider, aujourd’hui, tout en les préparant pour demain, de préserver cette enfance qui est la leur . Pour ce faire, il nous faut parfois fermer nos oreilles à toute cette course qui se déroule à l’extérieur. Il faut une bonne dose de confiance en soi pour laisser cultiver l’enfance: grimper dans les arbres, faire une cabane, courir autour d’un stade, faire un spectacle de  son cru, jouer à la poupée, organiser une partie de cache-cache. Tous ces jeux sont aussi importants, voire plus, pour la construction de soi que tout ce que la société nous fait dépenser dans le but de leur donner le meilleur… Il ne s’agit pas de baigner dans une naïve nostalgie, il s’agit d’équiper nos enfants pour le monde de demain. Avoir du temps libre, jouer, déstresser, construire son univers intérieur , prendre le temps de s’ennuyer sont les fondamentaux du bon développement de l’intelligence et de la confiance en soi pour chaque enfant…

Publicités

A propos Brune

Mère-enseignante de 8 enfants. Site: grandirpresduchataignier
Cet article, publié dans école-maison, IEF, Réflexions, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Où sont les enfants?

  1. Sylvie dit :

    Le quotidien offre tellement de choses maintenant que les enfants ne prennent plus le temps de réellement « jouer ». La télévision, les jeux vidéos, l’ordinateur,… tous les gadgets électroniques prennent tout l’espace disponible pour la création et le jeu.

    Les années 2000 n’offrent pas les mêmes opportunités que mes années 70 pour « se construire »!!!!

    « Avoir du temps libre, jouer, déstresser, construire son univers intérieur , prendre le temps de s’ennuyer sont les fondamentaux du bon développement de l’intelligence et de la confiance en soi de chaque enfant…»

    Je suis tellement d’accord avec cette affirmation!

    • Brune dit :

      Il sera peut-être difficile pour les générations à venir d’offrir simplement de jouer aux enfants, sans autre but que de s’amuser! ça semble insignifiant, mais je suis persuadée qu’une part de notre humanité se tient là… gratuitement!!!

  2. a dit :

    Je suis aussi d’accord avec vous , quelle joie de voir mes deux filles jouer à 11 et 9 ans , se faire des cabanes , sauter, s’inventer des histoire avec les playmobiles, jouer aux kapla mais quelle déception quand aux repas de famille elles sont laissées de côté par leurs cousines (même âge à 1 an près) car prise pour des enfants trop jeunes . Mes filles ne sont pas dans l »apparence mais encore dans la simplicité et vraiment pour l’instant les autres filles ne s’intéressent pas beaucoup à elles, les garçons beaucoup plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s