Résolution de conflits chez les enfants


DSC00035J’ai toujours entendu dire que les bons parents ne se mêlaient pas des disputes de leurs enfants. Sous quelle croyance (on se le demande ?) les enfants, d’instinct, s’arrangeraient mieux seuls… Le constat du résultat de cette politique appliquée dans ma fratrie et celle de mon mari, m’amène plutôt à penser que la gestion de conflits s’apprend et que de laisser cet apprentissage à la loi de la jungle est à tout le moins hasardeux. Si c’est toujours ainsi que le monde a agit, au vu de la situation mondiale,  il serait peut-être un peu temps de changer nos façons de faire…

L’enfant, d’instinct, veut gagner, veut faire valoir ses désirs. Certains sont particulièrement doués en la matière. D’autres  ont plutôt l’art de se laisser manger la laine sur le dos avec dépit et de grosses larmes qui emplissent leurs yeux. Trouver une solution aux conflits quotidiens de nos enfants qui soit « gagnant-gagnant » pour chaque partie ne s’apprend pas seul. L’enfant pense d’abord à ses billes et restera de marbre devant la défaite de l’autre… L’amener à comprendre que tous les deux, ils ont tout à gagner en ressortant du conflit satisfaits est un réel apprentissage, car seuls ils ne peuvent le réaliser…

Il y a souvent moyen dans une situation conflictuelle de trouver une solution qui arrangera les deux parties. Mais cela implique souvent ou de faire une concession ou de changer son regard… Si deux enfants veulent en même temps le même jouet, leur montrer d’attendre chacun son tour est déjà un début! Mais parfois la situation mérite un approfondissement: il arrive que chacun veuille faire un usage différent de l’objet . On s’aperçoit que Titou aime faire voyager la peluche lapin dans une fusée le jour, alors que Fanette désire simplement l’avoir pour dormir… On peut alors les amener à comprendre que leur besoin de l’objet n’est pas   en même temps, donc chacun peut « user » du lapin au moment qui lui importe, et ne sera en rien lésé en le laissant  à l’autre à d’autres heures.

Parfois cela exige de faire une concession. On voudrait l’emporter haut la main sur tout. Penser à l’autre, faire des concessions fait pourtant partie du processus « grandir ». Développer une relation saine avec l’autre a bien plus d’importance que de gagner tous ses points et ne plus avoir de relations agréables avec l’autre. Dans une fratrie, ce n’est pas rien. Cela peut être un enrichissement mutuel à long terme, très long terme! Pour le marché du travail de demain, savoir résoudre des situations conflictuelles, être créatif à ce niveau représente un outil sans prix.

Qui dit conflit, dit dispute, donc retombées négatives. Pourtant, pour faire valoir sa place au soleil le conflit est inévitable: je dois prendre ma place, sans prendre toute la place.  Ce n’est pas le conflit en soi qui est mal. Pourtant on en a tous peur!  Des conflits, on en a tous les jours. Savoir trouver une manière de les résoudre positivement est le secret!

En étant à temps plein avec nos enfants, il nous incombe de les guider et de créer un climat positif à la maison. Hier, la B.A. du jour était de préparer le goûter ensemble. Comment une simple consigne où le but est de passer du bon temps ensemble peut facilement tourner au vinaigre? Il a fallu que les enfants se mettent d’accord sur le goûter. Ils étaient tous d’accord pour des crêpes sauf une personne qui voulait des « pancakes »  … C’est voisin tout de même! Il y a eu des éclats de voix autour de cette simple décision. Il fut même question de renoncer à faire quoi que ce soit! Une fois l’accord conclu, ce fut un peu des prises de tête pour qui allait chercher les ingrédients et qui allait verser ceux-ci! Les discussions sont allées bon train. Mais le goûter fut! Car au fil des étapes, les enfants progressaient dans la coopération.

DSC04520 Tous avaient le ventre creux.  Les esprits échauffés se sont calmés. Chacun a mis du sien pour constater qu’on pouvait encore passer un bon moment à déguster le goûter ensemble. Et la réalisation concrète des crêpes a amené les enfants à concéder que le résultat valait bien la peine qu’on fasse des concessions. Les initiatives que l’on prend, le processus de réalisation ne sont pas toujours parfaits… Mais il est important d’apprendre à gérer et trouver une entente qui convienne à tous. Et il n’y a pas à dire, des crêpes ça rallie les esprits les plus belliqueux…

Publicités

A propos Brune

Mère-enseignante de 8 enfants. Site: grandirpresduchataignier
Cet article, publié dans accueil, école-maison, Divers, IEF, Réflexions, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s